Le PARASOL déclare la guerre aux prédateurs des droits humains dont la République Dominicaine et du droit international de l’environnement

En compagnie de plusieurs autres organisations, le Parti Patriyot Rasanble pou Sove Lakay (PARASOL) a déposé une plainte à l’Office de Protection du Citoyen (OPC), le mardi 10 décembre 2019 contre X et la république Dominicaine pour violation systématique des droits de l’homme. Le président du parti, Yvon Bonhomme, envisage aussi saisir les instances internationales à cet effet.

Le parti PARASOL ne se contente pas seulement de faire le plaidoyer des « madan Sara » et des personnes à mobilité réduite. Cette semaine, il va plus loin portant plainte par devant l’Office de Protection du Citoyen (OPC) contre toutes personnes ou institutions qui ne cessent de violer les droits de ces gens longtemps marginalisés dans le pays.Dans sa plainte, il a attiré l’attention des responsables de l’OPC sur d’autres catégories en train de subir les mêmes sorts, en l’ occurrence: les enfants, les paysans, les policiers, les professeurs, les femmes ,entre autres. À l’occasion de ce dépôt, le politique avait insisté sur la paralysie du système scolaire durant les évènements de pays lock qu’il considère comme un affront aux droits des enfants.

Cet événement de pays lock dont il a fait mention a tout révélé sur la dimension de violation des droits humains en Haïti. Confinée chez elle, la population n’avait pas même droit à la libre circulation. Les « madan Sara » ont payé de leur économie et de leur corps par la méchanceté des extrémistes politiques, martèle le numéro deux du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger (MHAVE). Les handicapés quant à eux, n’ont pas connu un traitement plus favorable que la catégorie précitée, fait-il savoir. D’après le président du PARASOL, sa plainte vise à attirer les feux des projecteurs sur ce qu’il appelle: les prédateurs des droits humains.

Laissant le pays en quête de cieux plus cléments, les immigrants haïtiens font face eux aussi à leur lot de problème. Et bien conscient de la situation, il a aussi porté plainte contre la République Dominicaine qui n’a pas ménagé ses efforts à fouler au pied les droits d’une multitude de gens de souches haïtiennes. Il dénonce ce qu’il appelle la décision de la honte prises par les autorités dominicaines de révoquer la nationalité de beaucoup de gens descendants d’une famille haïtienne. À son avis, c’est une violation grave des droits de la personne qu’il qualifie de discriminatoire.

De l’avis du DG du MHAVE, la république Dominicaine en agissant ainsi, a violé toutes les conventions relatives aux droits humains. C’est en effet un crime contre l’humanité. Et dans cette veine, le PARASOL s’engage, précise M. Bonhomme, à saisir les instances internationales a cet effet y compris le haut commissariat des Nations Unies.

Comments

    No Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Fields marked * are mandatory.